bruno retailleau chloroquine Santé

Le sénateur Bruneau Retailleau réclame l’usage généralisé de la chloroquine pour soigner les Français du coronavirus

Nouveau soutien de poids en faveur du traitement à l’ydroxychloroquine, Bruno Retailleau n’a pas mâché ses mots au micro de France Inter ce dimanche 22 mars (à partir de 10:53 sur la vidéo ci-dessous). Il  s’est fortement étonné de l’absence de généralisation du traitement à base de chloroquine, ou hydroxychloroquine, mis au point par le Pr […]

Nouveau soutien de poids en faveur du traitement à l’ydroxychloroquine, Bruno Retailleau n’a pas mâché ses mots au micro de France Inter ce dimanche 22 mars (à partir de 10:53 sur la vidéo ci-dessous). Il  s’est fortement étonné de l’absence de généralisation du traitement à base de chloroquine, ou hydroxychloroquine, mis au point par le Pr Raoult de l’IHU de Marseille et qui a déjà pu soigner de nombreux patients dont le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a en retour décidé généraliser ce traitement dans sa ville avec l’accord de Sanofi, fabriquant du médicament Plaquenil (lire notre article ici).

 

◆ « La chloroquine, pourquoi ne l’utilise-t-on pas ? »

« Elle a un avantage, elle n’est pas chère. Est-ce que c’est parce que les grands labos aimeraient se faire de l’argent sur le dos de nos concitoyens ? », a lancé le sénateur de Vendée. « Peut-être faut-il simplement la prescrire en milieu hospitalier. Mais on élargit tout de suite la prescription. Ne prenons pas de retard sur le traitement », a-t-il exigé avant de rappeler son souhait de traiter les malades. « On a un seul institut de recherche d’excellence spécialisé dans les maladies infectieuses, celui du Pr Raoult. Quand il y a des succès en Chine, en Corée, et à Marseille pourquoi on n’utilise pas un médicament qui ne coûte pas cher parce que les droits sont tombés dans le domaine public, qui est bien connu parce qu’il est là depuis 1949, dont on connait les contre-indications et qui donne des résultats, ce n’est pas comme avec un nouveau médicament ! ».

 

◆ Face à l’épidémie, ne pas répondre à l’exigence du monde académique

Il a ensuite battu en brèche la ritournelle entendue depuis plusieurs jours quant aux failles méthodologiques de l’essai clinique du Pr Raoult : « De grâce, on n’attend pas ce que les milieux académiques peuvent attendre : des règles standards, de la recherche clinique ». Il a fini par en appeler au directeur général de la Santé pour qu’il se saisisse du dossier et propose ce traitement à tous les hôpitaux de France. « De toute façon, qu’est ce qu’on risque ? Les gens meurent, les gens meurent, les gens meurent. Donc on doit pouvoir utiliser la chloroquine, sans doute avec un antibiotique ». Le sénateur a également réclamé la réquisition d’Air Liquid pour fabriquer des respirateurs. Rappelons que Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, a récemment affirmé être en cours de traitement à l’hydroxychloroquine (lire notre article ici).

 

 

 Lisez notre article complet sur ce traitement et les premiers résultats de l’essai clinique, cliquez ici : https://www.nexus.fr/actualite/sante/coronavirus-ihu-chloroquine-raoult/

 

✰ NEXUS : 112 pages, 0 Pub, 100 % inédit, 100 % indépendant, le magazine à saisir en kiosque et en ligne tous les 2 mois ! 

Découvrez nos magazines et nos sujets inédits en cliquant ici : https://www.nexus.fr/magazine/#anciens-numeros

COUV_NX127

Sur le même thème
Commentaire(s)