Madagascar : le gouvernement ne veut pas des vaccins contre la COVID-19

A l’heure où il est de bon ton, sous peine de se faire traiter de complotiste ou d’anti-vaccin, de se réjouir de l’arrivée d’un vaccin contre la COVID-19 dont nous ne connaissons ni les composants exacts, ni l’efficacité et les effets secondaires sur le long-terme, Madagascar ne préfère pour l’instant pas faire partie des pays qui participeront à la « Covax Facility », initiative mondiale d’accès aux vaccins contre le Covid-19. Le pays a choisi de poursuivre l’utilisation de remèdes locaux à partir d’Artemisia Annua et d’autres plantes, comme le Covid-Organics. A ce jour, sur une population de plus de 27 millions d’habitants, l’île compte officiellement 251 morts.

 

◆ Un gouvernement qui préfère les remèdes locaux au vaccin

RFI l’annonce dans un article du 27 novembre 2020 : « Madagascar ne souhaite pas participer à la “Covax Facility”, l’initiative mondiale d’accès aux vaccins contre le Covid-19, une fois leur homologation et approbation réalisées. (…) Cette initiative est ouverte à tous les pays du monde. Une disposition particulière permet à 92 pays en développement, dont Madagascar, d’accéder à des doses de vaccins subventionnées dès leur mise sur le marché. (…) Le gouvernement, lui, a confirmé préférer mettre l’accent sur les médicaments développés localement. À l’instar du Covid-Organics, ce remède traditionnel vanté par le président pour ses effets préventifs et curatifs sur le virus (…) “Nous attendons de voir d’abord l’efficacité du vaccin dans les pays qui l’utiliseront en premier”, conclut la porte-parole du gouvernement. »

◆ Moins de 300 morts annoncés depuis le début de l’épidémie

Est-ce la raison, ou au moins une des raisons essentielles pour laquelle le nombre de victimes est si bas dans ce pays insulaire qui compte tout de même plus de 26 millions d’habitants ? Malgré des articles catastrophistes comme celui de France 24 qu’on a pu lire cet été, qui parlait de « hausse spectaculaire », des hôpitaux saturés, de progression du virus de 50% en une semaine, et que le 30 novembre 2020 que la France compte officiellement 52325 décès dus à la COVID-19, sur une population de près de 68 millions d’habitants, Madagascar, avec ses 27 millions d’habitants environ, affiche sur les mêmes moteurs de calcul depuis le début de l’épidémie… 251 décès ! Soit environ 0,0009% de sa population, contre 0,08% en France !
On ne comprend donc pas trop ce qui a pu faire dire à Ketakandriana Rafitoson, la directrice de l’antenne malgache de l’organisation non gouvernementale Transparency International dans le Journal le Monde en juillet 2020 : « On nous a martelé que le Covid-Organics était le remède contre le Covid-19. Aujourd’hui, trois mois plus tard, on voit bien que ce n’est pas le cas. » Même si on martèle dans plusieurs médias que les résultats de ce remède « n’ont jamais été prouvés scientifiquement », et même si certains parlent d’un « coup de bluff », les chiffres et les vivants semblent bien dire que ce traitement éprouvé fonctionne. Et pas seulement contre la COVID-19. Dans cet autre article de RFI, un habitant malgache confie : « Depuis qu’ils ont sorti le CVO, j’ai fait une cure d’une semaine par mois. Pas parce que j’ai peur d’attraper le coronavirus, hein. Mais parce que j’ai l’impression que, depuis que j’en ai pris, ma sinusite a disparu et mon genou me fait moins souffrir. »

 

◆ Quelle façon de compter ?

Il serait intéressant de savoir comment sont comptées les victimes sur place à Madagascar, si tous les cas de décès sont bien enregistrés, et de comparer cette façon de faire à celle de la France par exemple, où certains membres du personnel soignant et des élus expliquent que des personnes sont comptabilisées comme étant diagnostiquées COVID-19 ou décédées de cette maladie, alors que ça n’est pas le cas. Ou à la façon de calculer du Royaume-Uni, lequel pendant des mois a classé des personnes dans mortes du COVID quand elles décédaient, quelles qu’en soit la raison, après avoir été testées positives. (Lire notre article qui évoque ce sujet ici)

◆ La production du Covid-Organics interrompue temporairement

Fin octobre, la production du Covid-Organics, a été interrompue par l’IMRA (Institut malgache de recherches appliquées) pour des soucis de « surstock » et de mauvaise conservation sur le long terme d’après RFI. Le pays semble semble néanmoins bien équipé pour affronter d’autres secousses sanitaires si elles devaient advenir : « Le covid-organics en stock au sein de l’Imra est largement suffisant pour parer à une éventuelle nouvelle vague » déclare Charles Andrianjara et directeur général de l’IMRA dans un article de msn.

 

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Achetez nos numéros à l’unité en cliquant ici

👉 NOUVEAU ! Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE ou sur PAYPAL pour financer le contenu en ligne accessible GRATUITEMENT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !

Sur le même thème
Commentaire(s)