Environnement

Suite à un incendie à Tchernobyl, un nuage radioactif a traversé l’Europe, dont la France

Situé dans la zone d’exclusion entourant la centrale nucléaire de Tchernobyl, le gigantesque incendie a débuté le 4 avril selon les autorités ukrainiennes. Dans un communiqué du 8 avril de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), la carte satellite des incendies élaborée par la NASA indique que les foyers sont situés […]

Situé dans la zone d’exclusion entourant la centrale nucléaire de Tchernobyl, le gigantesque incendie a débuté le 4 avril selon les autorités ukrainiennes.

Dans un communiqué du 8 avril de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), la carte satellite des incendies élaborée par la NASA indique que les foyers sont situés dans le secteur de Volo-dymyrivka, à quelques kilomètres à l’ouest de Polesskoje. Cette zone est située à l’ouest de la zone interdite, à environ 53 kilomètres du réacteur accidenté. « Les risques radiologiques n’en sont pas moins très importants puisque le secteur de Polesskoje est en tout cas bien situé dans une zone qui a subi en 1986 des retombées radioactives très impor- tantes (plus de 1 480 000 Bq/m2 de césium 137) », peut-on lire dans le communiqué.

◆ Un taux de radioactivité de presque encore 50 % !

La Criirad rappelle dans son communiqué un fait important : la demi-vie des éléments radioactifs est le temps nécessaire pour que la radioactivité soit divisée par deux. Donc, pour le césium 137 retombé au sol lors de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, sa décroissance naturelle par désintégration n’a finalement abaissé le niveau de radioactivité que d’un facteur 2,2, soit à peine plus que 50 %. Il reste donc encore presque 50 % de sa radioactivité ! Du côté ukrainien, Egor Firsov, chef par intérim de l’inspection écologique gouvernementale, déclare que les « nouvelles sont mauvaises ». Au coeur de l’incendie, la radioactivité est supérieure à la normale, explique-t-il dans un message sur Facebook, en l’accompagnant d’une vidéo d’un compteur Geiger affichant un niveau de radioactivité 16 fois supérieur à la normale.

◆ La modélisation de l’IRSN montre que la France a été largement touchée

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié le 17 avril une modélisation montrant la dispersion du panache de fumée depuis le 4 avril. On remarque qu’entre le 7 et le 15 avril, presque toute la France métropolitaine a été touchée à des concentrations différentes comprises entre 0,1 et 10 μBq/m3, la région la plus touchée étant le sud est du pays. L’Italie est complètement touchée également, une partie de l’Espagne, ainsi que la quasi totalité du bassin méditerranéen.

Images de reuters :

 

NEXUS : 112 pages, 0 Pub, 100 % inédit, 100 % indépendant, le magazine à saisir en kiosque et en ligne tous les 2 mois !

Découvrez tous nos magazines et nos sujets inédits en cliquant ici : https://www.nexus.fr/magazine/#anciens-numeros

COUV_NX127

Sur le même thème
Commentaire(s)