enfants Analyse

«Non, les enfants ne transmettent pas le Sars-cov-2», selon le Dr Gérard Delépine

« Les enfants ne transmettent pas le coronavirus, ni aux autres enfants, ni aux adultes, contrairement aux affirmations des Dr Lehmann et Gozlan », affirme le Dr Gérard Delépine après étude de la littérature internationale scientifique.

 

En se basant avec précision sur des données scientifiques, le Docteur Gérard Delépine, chirurgien orthopédique, oncologue et statisticien, appuie ce que disait son épouse le Dr Nicole Delépine sur les plateaux de LCI au sujet du COVID-19. Pour eux, les enfants ne transmettent pas le coronavirus. Voici son analyse.

◆ Des affirmations fracassantes mais fausses.

Le 22 septembre 2020, sur France info et par tweet Le docteur Christian Lehmann a prétendu que « ce déni de la contamination de l’adulte par les enfants, c’est vraiment une spécificité française » et encore : « On est dans un exemple parfait de pensée magique de la part du gouvernement ».

◆ Comment peut-on les expliquer de telles contre-vérités ?

Comme nous ne saurions mettre en doute la bonne foi du Dr Lehmann, nous ne trouvons que deux hypothèses à des propos aussi erronés. Il n’a peut-être pas eu le temps d’analyser la littérature internationale. Mais alors pourquoi passe-t-il son temps dans les médias à colporter des rumeurs et des accusations infondées ? L’autre hypothèse serait qu’il n’aimerait pas lire l’anglais médical. Aussi nous lui donnons ici l’occasion de s’informer en résumant les articles référencés dans PubMed et quelques rapports officiels sur le sujet.

enfants

◆ État de la littérature sur les enfants, la Covid-19 et sa transmission au 22 septembre.

Sur les plus de 4950 articles ayant pour sujet l’enfant et la Covid (mots-clés : Children covid19) répertoriés par PubMed le 21/09/2020 et les 855 spécifiquement dédiés à la transmission éventuelle par les enfants (mots-clés : children transmission of covid19), aucun n’apporte la preuve d’une transmission d’un enfant à un autre enfant ou à un adulte dans le monde réel. Ces articles confirment que le Covid19 est rare et presque toujours bénin[1] chez l’enfant [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9], que les enfants de moins de 19 ans ne sont pas contaminés par les camarades d’école, mais habituellement par les parents à domicile[10], qu’ils ne contaminent pas les adultes et que le confinement des enfants et l’arrêt des activités scolaires sont responsables de troubles psychologiques comportementaux et sociaux fréquents[11], en plus d’une incidence évidente sur leur scolarité. L’agence statistique norvégienne a ainsi évalué les dommages permanents causés aux élèves par les fermetures d’écoles : « chaque semaine d’enseignement en classe refusée aux élèves freine les chances de réussir sa vie et réduit de façon permanente le potentiel futur des revenus ». Analyse confirmée par une étude de l’Université de Southampton chez les enfants anglais[12]. Les seuls rapports qui prétendent le contraire sont ceux du CDC qui font l’objet d’une analyse précise en fin d’article.

– Sur les plus de 30 millions de cas répertoriés par l’OMS le 22/9/2020, aucune observation publiée n’a démontré formellement qu’un enfant pouvait contaminer un autre enfant ou un adulte. Si une telle transmission ne peut théoriquement être exclue, elle serait rarissime.

– Plus de 20 études épidémiologiques dans plus de dix pays ont recherché opiniâtrement des contaminations à partir d’enfants de moins de 18 ans : aucune n’a pu mettre en évidence un seul exemple réellement probant.

L’étude de Santé Publique France[13] est très démonstrative. L’enfant des Contamines a été en contact, alors qu’il était malade, avec 172 personnes dont 112 élèves et professeurs dans trois écoles et un ski-club. Il n’a contaminé personne, même pas les deux autres enfants de sa fratrie.

L’étude de l’institut Pasteur [14] sur les écoles primaires de Crépy en Valois, a porté sur 1340 personnes, dont 139 infectées (81 adultes et 58 enfants). Parmi 510 élèves de six écoles primaires, ils ont identifié trois enfants de trois établissements différents qui étaient infectés au moment où les écoles étaient encore ouvertes. Aucun de ces trois enfants n’a contaminé quiconque, qu’il s’agisse d’autres élèves ou d’adultes.

L’étude Coville, du groupe Activ (Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne) dirigé par le professeur Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie, a porté sur 600 enfants, de la naissance à l’âge de 15 ans permet de conclure que : « sans histoire de Covid parental, l’enfant n’a rien. » L’analyse de ces trois études françaises et leurs homologues étrangères ont amené Christèle Gras-Le Guen, vice-présidente de la société française de pédiatrie, et Régis Hankard ont déclaré lors d’une interview[15] : « La Covid-19 n’est définitivement pas une maladie pédiatrique »

Et Benjamin Lee et William V. Raszka confirment dans la grande revue pédiatrique américaine [16]: transmission du COVID-19 et enfants : « l’enfant n’est pas à blâmer. »

Aux Pays-Bas[17], les enfants âgés de 0 à 17 ans ne représentent que 1,3% de tous les patients déclarés avec COVID-19, bien qu’ils représentent 20,7% de la population. Seulement 0,6% des hospitalisations signalées concernaient des enfants de moins de 18 ans. Il n’y a pas de rapport d’enfants décédés du COVID-19. Une étude des ménages aux Pays-Bas a rapporté des données sur 116 enfants de 1 à 16 ans et les résultats préliminaires ont montré que rien n’indique que les enfants de moins de 12 ans aient été les premiers infectés de la famille.

– En Irlande[18] , aucun cas de contamination scolaire n’a été détecté après analyse de 125 à 475 contacts de 3 cas détectés chez des élèves de 10 à 15 ans avant la fermeture des écoles le 12 mars 2020.

– En Australie[19], 9 élèves et 9 membres du personnel infectés par le SRAS-CoV-2 dans 15 écoles ont eu des contacts étroits avec un total de 735 élèves et 128 membres du personnel. Seules 2 infections secondaires ont été identifiées, aucune chez le personnel adulte. 1 élève du primaire a été potentiellement infecté par un membre du personnel.

– En Suisse (30) : sur un total de 4310 patients atteints du SRAS-CoV-2, 40 étaient âgés de moins de 16 ans (0,9%). Parmi les 111 contacts familiaux positifs des enfants étudiés, les mères prédominaient (n = 39), suivies des pères (n = 32), des frères et sœurs pédiatriques (n = 23), des frères et sœurs adultes (n = 8) et des grands-parents (n = 7). Alors comment le docteur Christian Lehman peut-il dire que « ce déni de la contamination de l’adulte par les enfants, c’est vraiment une spécificité française » ?

Delépine enfants

◆ La réouverture des écoles est sans risque pour les enfants

En Grande Bretagne[20] depuis la reprise des activités scolaires moins de 0,01% des écoles maternelles et primaires d’Angleterre ont observé des cas de coronavirus et aucun enfant n’a eu besoin de traitement hospitalier. Le rapport de Public Health England comptabilise 198 cas confirmés de coronavirus – 70 chez les enfants et 128 chez le personnel. Le médecin-chef anglais Chris Whitty a conclu que les risques pour la santé étaient « incroyablement petits »[21]

En Suède[22], de nombreuses écoles sont restées ouvertes pendant la pandémie, permettant d’évaluer l’impact la poursuite des activités scolaires sur l’incidence de la maladie en pédiatrie. L’incidence cumulée des hospitalisations avec diagnostic de COVID-19 chez les enfants scolarisés était de 9 pour 100 000 enfants, versus 230/100 000 hospitalisés et à 99/100 000 décès dus au COVID-19 parmi la population adulte de Stockholm (n ≈ 1,84 million) au cours de la même période. « Cela montre que la poursuite des activités scolaires n’a pas aggravé l’évolution de la pandémie pour les enfants en Suède, par rapport aux pays ayant des mesures de verrouillage strictes. ».

Au Danemark[23] la réouverture des écoles n’a été suivi d’aucune contamination d’enfant à enfant. Llan Randrup Thomsen, virologue à l’Université de Copenhague a déclaré : « la plupart des analyses de cas avérés indiquent que même si les enfants sont infectés, ils ne sont pas gravement malades et ils ne transmettent pas non plus la maladie ».

En Allemagne, la réouverture des classes a été marquée par la découverte de cas dans 5% des écoles. Mais selon Sandra Scheeres, principale responsable de l’éducation de la ville, les statistiques montrent que les écoles de Berlin ne sont pas les sources du virus. « Les infections arrivent généralement dans l’école depuis l’extérieur ». [24].

◆ Les articles non convaincants cités comme preuve par Marc Gozlan sur son blog le 17 septembre 2020

Quatre articles cités par Gozlan pour faire croire que les enfants peuvent diffuser le Covid19 rapportent des foyers d’infections constatés aux domiciles en Corée, dans des écoles israéliennes, dans une colonie de vacances américaine, dans des crèches de Salt Lake City. Nous avons personnellement relu tous ces articles que les prophètes de la peur citent à l’appui de leur obsession et aucun d’entre eux n’apporte de preuve de transmission du covid19 par un enfant. Deux de ces études proviennent d’une seule source, le CDC[25] qui n’a cessé depuis le début de l’épidémie de disséminer la peur sans apporter de preuves cliniques. Le premier rapporte des foyers de contaminations dans des camps de vacances d’été en Géorgie ; il évoque la possibilité de contamination inter infantile au conditionnel children « might play an important role in transmission » mais compte tenu de l’insuffisance de l’enquête épidémiologique conclue prudemment que des cas pourraient résulter de contaminations survenues avant ou après le séjour en camp ! « Some cases might have resulted from transmission occurring before or after camp attendance ». Quel crédit peut-on lui accorder ?

Le second rapporte des infections dans les gardes d’enfants de Salt Lake City[26]. Mais les crèches diffèrent beaucoup des écoles par la plus longue durée de contact entre animateurs et enfants et l’article précise qu’il ne s’agit que de « possible transmission au sein de l’établissement ». Dans tous les cas, l’infection est entrée dans l’établissement avec un membre du personnel adulte infecté et l’apparition d’autres cas parmi les enfants après son éviction ne prouve en rien la responsabilité des premiers enfants touchés dans la contamination aux autres enfants, l’infection par l’adulte ayant pu prendre davantage de temps à se développer[27]. Ceci explique la prudence des auteurs. « Les deux enfants ont probablement transmis le SRAS-CoV-2 à leurs contacts ». « Il est possible que les cas associés à l’établissement C résultent d’une transmission à l’extérieur de l’établissement », le niveau de preuve d’un tel rapport est très faible.

L’étude coréenne est intéressante, mais précise d’emblée [28] qu’elle ne peut pas déterminer l’origine des contaminations. « Because we could not determine direction of transmission », que des cas étudiés sont d’origine inconnue « detected cases could have resulted from exposure outside the household » et qu’elle n’a étudié que la période où les écoles étaient fermées. « These risks largely reflected transmission in the middle of mitigation and therefore might characterize transmission dynamics during school closure ». La citer comme preuve de contamination par les enfants en milieu scolaire a quelque chose de surréaliste.

En Israël [29] [30] de nombreux cas ont été observés après la réouverture des écoles en particulier dans une école religieuse de Jérusalem ; 153 étudiants et 25 adultes ont été testés positifs, mais les auteurs se gardent bien d’incriminer les enfants d’autant qu’un adulte super contaminateur a été le vecteur principal de la transmission. « The role of children and adolescents in COVID-19 spread is equivocal; epidemiological data imply insignificance of children in transmission ». Mais les apôtres de la peur n’ont pas leur prudence. C’est sur ces pseudo-preuves qu’ils veulent bâillonner les enfants partout et toujours, contre les acquis de la littérature et pour une maladie en voie disparition en Europe ! Que leur arrivent-ils ? Tout au moins à ceux que l’on a connu militant contre la prise de pouvoir par l’Etat de la santé[31] ?

◆ L’épidémie est terminée en France, mais pas la propagande de la peur continue

« Les cas augmentent » répètent-ils en boucle, mais les cas ne sont que des tests positifs ; ce ne sont pas des malades, mais seulement des témoins de rencontre avec le coronavirus ou un de ses cousins germains. L’augmentation du nombre de malades nécessitant des soins ne représente actuellement même pas une goutte d’eau, même pas une gouttelette, alors qu’ils nous annoncent un tsunami de malades, plusieurs fois par jour. Quel raisonnement peut-il mener des médecins autrefois attentifs à vouloir imposer une mesure inutile, sans raison objective ? Il faut se réjouir que les cas augmentent sans augmentation significative du nombre de malades, car ces cas renforcent l’immunité de groupe tant désirée par les apôtres de la vaccination Et c’est très heureux que ces nouveaux cas concernent les jeunes, car ceux-ci ne risquent presque rien, et ils constitueront la barrière qui protégera les gens âgés des infections futures, si elles voulaient revenir dans notre pays.

Dr Gérard Delépine

 

[1] Peter Brodin Why is COVID-19 so mild in children? Editorial Acta Paediatrica 24 March 2020

[2] Hong H, Wang Y, Chung H-T, Chen C-J, Clinical characteristics of novel coronavirus disease 2019 (COVID-19) in newborns, infants and children, Pediatrics and Neonatology, https://doi.org/10.1016/j.pedneo.2020.03.001.

[3] Wu Z, McGoogan JM. Characteristics of and important lessons from the coronavirus disease 2019 (COVID-19) outbreak in China: summary of a report of 72 314 cases from the Chinese Center for Disease Control and Prevention. JAMA 2020; published online Feb 24. DOI:10.1001/jama.2020.2648

[4] Liu Y, Yan L-M, Wan L, et al. Viral dynamics in mild and severe cases of COVID-19. Lancet Infect Dis. 2020. https://doi.org/10.1016/ S1473 -3099(20)30232 -2

[5] Weiyong Liu .et al: Detection of Covid-19 in Children in Early January 2020 in Wuhan, China N Engl J Med. 2020 2 Avril; 382 (14): 1370-1371

[6] LiangSua the different clinical characteristics of corona virus disease cases between children and their families in China – the character of children with COVID-19 Emerging Microbes & Infections 2020, VOL. 9

[7] Ya-Nan Han et al A Comparative-Descriptive Analysis of Clinical Characteristics in 2019-Coronavirus-infected Children and Adults Pediatrics April 2020

[8] Haiyan Qiu Clinical and epidemiological features of 36 children with coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Zhejiang, China: an observational cohort study Lancet Infect Dis. 2020 25 mars; S1473-3099 (20) 30198-

[9] Zhonghua Er Ke Za Zhi pour la Société de pédiatrie et Association médicale chinoise : Recommandations pour le diagnostic, la prévention et le contrôle de la nouvelle infection à coronavirus 2019 chez les enfants (première édition intermédiaire). 2020; 58: 169–74.]., Chinese Journal of Pediatrics

[10] Posfay-Barbe KM, Wagner N, Gauthey M, et al. COVID-19 in Children and the Dynamics of Infection in Families. Pediatrics. 2020;146(2): https://pediatrics.aappublications.org/content/146/2/e20201576

[11] Wen Yan Jiao et al Behavioral and Emotional Disorders in Children during the COVID-19 Epidemic THE JOURNAL OF PEDIATRICS 2020 www.jpeds.com

[12] FR24 du 24 juillet Les enfants britanniques pourraient perdre 3% de leurs revenus à vie en raison des fermetures d’écoles. https://www.fr24news.com/fr/a/2020/07/les-enfants-britanniques-pourraient-perdre-3-de-leurs-revenus-a-vie-en-raison-des-fermetures-decoles-fermees-ecoles

[13] Kostas DANIS et al pour Santé Publique France Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020 Clinical Infectious Diseases Oxford University Press for the Infectious Diseases Society of America

[14] A Fontanet et al SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France: A retrospective cohort study in an area of high transmission medRxiv 2020

[15] Christèle Gras-Le Guen https://theconversation.com/rentree-scolaire-la-covid-19-nest-definitivement-pas-une-maladie-pediatrique-145287

[16] Benjamin Lee et William V. Raszka Covid19 transmission children are not to blame Pediatrics aug 2020, 146 e2020004879; DOI: https://doi.org/10.1542/peds.2020-004879

[17] National Institute for Public Health and the Environment. Ministry of health, welfare, and sport. Netherlands. Children and COVID-19. Available: https://www.rivm.nl/en/novel-coronavirus-covid-19/ children-and-covid-19

[18] Heavey L, Casey G, Kelly C, et al. No evidence of secondary transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Euro Surveill 2020 ;25 :2000903.

[19] Centre national de recherche et de surveillance de la vaccination. COVID-19 dans les écoles – L’expérience en NSW. Nouvelle-Galles du Sud, Australie : Centre national de recherche et de surveillance sur l’immunisation ; 2020 Google Scholar

[20] https://www.theguardian.com/education/2020/aug/23/covid-outbreaks-in-english-schools-uncommon-says-phe

[21]FR24 Seulement 0,01% des écoles touchées par des épidémies de coronavirus après la réouverture et aucun enfant n’a eu besoin de soins hospitaliers 24 aout 2020   https://www.fr24news.com/fr/a/2020/08/seulement-001-des-ecoles-touchees-par-des-epidemies-de-coronavirus-apres-la-reouverture-et-aucun-enfant-na-eu-besoin-de-soins-hospitaliers.

[22] Hildenwall H, Luthander J, Rhedin S, et al. Paediatric COVID-19 admissions in a region with open schools during the two first months of the pandemic. Acta Paediatr. 2020 ; 00 :1–3. https://doi.org/10.1111/apa.15432.

[23] FR24 Pas de masques, pas de distanciation: les écoles au Danemark défient COVID-19 – avec succès jusqu’à présent 13 septembre 2020 https://www.fr24news.com/fr/a/2020/09/pas-de-masques-pas-de-distanciation-les-ecoles-au-danemark-defient-covid-19-avec-succes-jusqua-present.html

[24] Vivienne Des cas de COVID-19 rapportés dans 41 écoles de Berlin French.china.org.cn 22-08-2020

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2020-08/22/content_76626102.htm

[25] Center disease control américain qui par ailleurs reçoit des dividendes sur la vente des vaccins (en particulier Gardasil)

[26] Lopez AS, Hill M, Antezano J. Transmission Dynamics of COVID-19 Outbreaks Associated with Child Care Facilities — Salt Lake City, Utah. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. Epub : 11 September 2020. Doi : 10.15585/mmwr.mm6937e3

[27] Le délai entre la reconnaissance du dernier cas adulte et celui des enfants est en effet compatible avec une telle hypothèse

[28]Young Joon Park Contact Tracing during Coronavirus Disease Outbreak, South Korea, 20201. EID Journal Volume 26 Number 10—October 2020

[29] Chen Stein-Zamir A large COVID-19 outbreak in a high school 10 days after schools’ reopening, Israel, May Euro Surveill 2020 Jul;25(29):2001352. doi: 10.2807/1560-7917.ES.2020.25.29.2001352.

[30] Sheikh A, Sheikh A, Sheikh Z, Dhami S. Reopening schools after the COVID-19 lockdown. J Glob Health. 2020 ;10(1) :010376. https://doi.org/10.7189/jogh.10.010376 PMID : 32612815

[31] Par l’article 1 de la loi santé de M Touraine

 

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Achetez nos numéros à l’unité en cliquant ici

👉 NOUVEAU ! Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE ou sur PAYPAL pour financer le contenu en ligne accessible GRATUITEMENT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !