Delépine LCI Santé

Nicole Delépine : « Il ne faut pas faire de test quand on est asymptomatique, et les enfants ne sont pas contaminants »

La pédiatre et oncologue Nicole Delépine a été invitée à l’émission Le Club Chatelier sur LCI du 17 septembre 2020. Elle a répondu aux questions que se posent de nombreux parents, enseignants, chefs d’établissements, et bien sûr les enfants eux-mêmes, au sujet des mesures sanitaires actuelles prises en milieu scolaire au nom du COVID-19. Pour elle, quand on n’est pas symptomatiques, il n’est pas utile de se faire tester, et les enfants ne sont pas contaminants.

 

Un protocole sanitaire allégé a été envoyé aux écoles maternelles et primaires ce mardi 22 septembre, s’appuyant selon le gouvernement sur « un avis de la Haute Autorité de santé, un avis scientifique qui permet de montrer que les enfants, non seulement , font très peu de formes graves [de la maladie] voire pas du tout, et ensuite, sont très peu contaminants ». Mais ce nouveau protocole est jugé encore trop dur par des médecins comme Nicole Delépine, laquelle ne comprend pas le port du masque obligatoire pour les enfants ou les tests systématiques, ou trop laxiste pour d’autres, par exemple pour le Dr Christian Lehmann.

Voici la vidéo de l’émission :

◆ Quelques citations du Dr Delépine
« Les chiffres explosent ? Pas tant que ça. Si on voit le nombre de gens testés, et le nombre de positifs, ça fait 3% . Et des tests positifs, ça veut dire que les gens ont rencontré un jour le virus, ou un voisin, parce que si c’est le corona d’il y a trois ans, ça va faire positif aussi. Si c’est la grippe, ça va faire positif aussi. Y’a quelqu’un hier qui réclamait qu’on arrive à faire des tests qui différencient le coronavirus et la grippe, j’ai trouvé ça merveilleux.
Actuellement, le fait d’avoir un test positif ne montre pas qu’on est symptomatique, même pas qu’on est contagieux. Et l’OMS dit qu’il ne faut pas tester les asymptomatiques. Maintenant les gamins qui ont un rhume on leur demande un test, c’est quand même hallucinant. Tous les ans, ils ont dix rhumes, vingt rhumes dans l’année. C’est vraiment important de rassurer tout le monde, il ne faut pas faire de test quand on n’a pas de symptôme. Si on n’a pas de symptôme, on n’est pas contagieux, et on n’est pas malades. C’est pour ça qu’on appelle ça des « cas ».
C’est quand même 70€ le test que vous allez payer dans vos impôts, rien n’est gratuit.

90% des tests dits positifs ne sont pas des gens symptomatiques, ce sont dans 90% des traces de virus qu’on a rencontrées un jour. Et ce n’est pas moi qui le dis, je ne suis pas la complotiste qu’on veut bien dire. Je répète ce qu’a dit le New-York Times. Y’a des jeunes qui y vont trois ou quatre fois dans la semaine, ça ressemble à rien. On a quand même conditionné une phobie de ce virus.

Cette épidémie est terminée depuis quatre mois. Un certain nombre de médecins parlent de ces enfants positifs comme s’ils avaient le COVID. Du coup, privés d’école… Les enfants ne sont pas contaminants. L’erreur est venue du début, on va pas en vouloir forcément à nos dirigeants, parce qu’on a comparé le coronavirus à la grippe. Et la grippe effectivement, les enfants, à 30%, peuvent transmettre le virus. Vous pouvez aller sur pubmed, c’est la référence bibliographique d’articles. Y’avait 400 articles en mai, y’en a 4300 actuellement. Vous tapez Children COVID. Il n’y a pas une observation authentifiée dans la littérature internationale publiée qui démontre qu’un enfant ait contaminée un adulte, ou même un autre enfant. Toutes les hypothèses qui ont été lancées, ça a toujours été des analyses de laboratoires. Dans la vie vraie, pour moi pédiatre, médecin, je ne suis pas dans les laboratoires avec des petites éprouvettes, il n’y a pas d’enfant qui contamine, jusqu’à 19 ans. Il me semblerait raisonnable de ne pas laisser des enfants avec des masques toute la journée.

Le CDC américain dit qu’il n’y a que 6% des malades déclarés morts du COVID en Amérique qui sont vraiment morts du COVID. Les autres sont morts avec le COVID. »

Pour lire sa tribune parue dans FranceSoir, c’est ici.

◆ Des médecins catastrophistes
Le médecin Christian Lehmann déclare sur Franceinfo que nous sommes dans « le déni de la contamination par l’enfant » et semble outré par le protocole sanitaire allégé entrant en vigueur le 22 septembre qui permet de fermer une classe à partir de trois cas positifs au lieu d’un. Voici ce que l’on peut lire dans ce protocole : « Lorsqu’un enfant sera confirmé cas positif à la Covid-19 dans une classe, la classe pourra désormais continuer de se tenir normalement pour les autres élèves, qui ne sont plus considérés comme cas contacts. Le protocole d’identification des personnes cas contacts, leur isolement éventuel, la fermeture possible de classes, voire d’écoles, sera toutefois appliqué lorsque qu’il y aura au moins trois cas confirmés dans la même classe (enfants ne venant pas de la même famille ou ne vivant pas dans le même foyer). » Le Dr Lehmann se montre inquiet : « On a des études assez récentes, dont une américaine, où il y a une dizaine d’enfants qui étaient dans un centre pour enfants qui ont contaminé douze autres enfants et certains parents. Il y a une contamination des adultes par les enfants ! les décisions que vous prenez aujourd’hui peuvent modifier le trajet du Titanic dans trois semaines. Entre le moment où vous voyez l’iceberg, le moment où vous prenez la décision de tourner et le moment où vous évitez l’impact, il y a énormément de temps. On a l’impression de passer pour des Cassandre, à chaque fois, mais pas parce qu’on a envie d’emmerder le monde, parce que je n’ai pas envie de voir des enfants malades, je n’ai pas envie de voir des enfants infecter des parents fragiles ou des grands-parents fragiles ». Or, comme vu plus haut, selon plusieurs médecins comme Nicole Delépine, il ne faut pas faire l’amalgame entre être malade et être positif, et les enfants ne sont pas contaminants.

A ce jour, même si le protocole a été allégé pour les maternelles et les primaires, il est vécu comme pesant par beaucoup, en particulier à partir du collège. Des collectifs de parents comme Parents 2021 sont en train de se créer pour se mobiliser contre les mesures sanitaires, s’appuyant sur des arguments scientifiques et juridiques.

 

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Achetez nos numéros à l’unité en cliquant ici

👉 NOUVEAU ! Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE ou sur PAYPAL pour financer le contenu en ligne accessible GRATUITEMENT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !

 

Commentaire(s)