ameli Santé

Covid-19 & vaccination de masse des Français : l’enquête de la Sécurité Sociale

Depuis le 3 juillet, la Sécurité Sociale propose une enquête en ligne pour « anticiper les intentions des français en matière de vaccination ». Pour elle, « seule la vaccination de masse peut permettre d’endiguer cette nouvelle épidémie et de retrouver une vie normale ».

 

Le 3 juillet, la Sécurité sociale a annoncé sur son site Ameli lancer « une enquête en ligne pour connaître les intentions de la population » au sujet du vaccin contre le COVID-19. Cette étude, ouverte jusqu’à la fin de l’année 2020, s’appelle « CoVaPred » et s’adresse « à toutes les personnes âgées de 18 à 64 ans et résidant en France métropolitaine ». Notons d’ores et déjà qu’en sont exclues les personnes vivant dans les DOM-TOM.

Ameli

 

Le vaccin : LA solution contre le COVID-19 pour les autorités sanitaires
Avant de nous lancer dans le questionnaire pour en connaître le contenu, nous avons noté que dès la page de présentation, le parti pris de nos services de santé officiels est très clair : « Si les Français ont globalement accepté le confinement et continuent d’appliquer les gestes barrières, seule la vaccination de masse peut permettre d’endiguer cette nouvelle épidémie et de retrouver une vie normale. »

Pour résumer : le vaccin est la seule solution contre l’épidémie, et une condition intrinsèque au retour à une vie normale. Observons là leur manière de communiquer : ils ne parlent pas d’une éventuelle nouvelle épidémie, ils s’adressent à nous comme si elle allait forcément revenir. Et comme si elle était particulièrement dangereuse par rapport à d’autres. Et ils semblent affirmer que sans vaccin, nous ne pourrons jamais vivre comme avant. Cela veut-il dire qui si nous ne nous faisions pas vacciner, nous ne pourrions pas vivre sans masque, sans gestes barrières, sans distanciation sociale, sans plexiglas de protection dans les commerces ou les écoles, sans dénonciation des patients par des médecins en cas de COVID, et peut-être sans passeport de santé en cours d’élaboration qui indiquera sur nos smartphones si on a le COVID ou non ? Ne serait-ce pas une forme de chantage ? Voire même de manipulation ?

ameli

 

Anticiper les réactions des français en matière de vaccination
Ils reconnaissent tout de même que « la vaccination est un choix individuel », et que c’est la raison pour laquelle « il est primordial pour les autorités sanitaires d’anticiper les intentions des Français en matière de vaccination contre le Covid-19. » Mais étant donné le postulat de départ qui semble irrévocable que le vaccin est LA solution, qu’entendent-ils par « anticiper » nos réactions ? Nous cerner pour trouver comment nous imposer le vaccin ?


Un questionnaire bien dense
Après l’effroi de la lecture de cette sentence qui semble indubitable, nous avons répondu à cette étude pour savoir de quoi il s’agissait. Le meilleur moyen pour en connaître la teneur intégrale et vous faire votre propre opinion, c’est de cliquer vous-même vers le questionnaire. Mais pour vous donner un ordre d’idées, voici les informations qui vous seront demandées : votre sexe, votre âge, votre lieu de vie, taille et poids, si vous fumez, combien de personnes constituent votre foyer, votre niveau d’études, votre catégorie professionnelle, l’estimation que vous avez de votre état de santé, si vous avez connu des personnes qui ont été touchées par le COVID et si elles ont été hospitalisées, si vous l’avez été-vous même, si vous avez été vacciné contre la grippe, si vous acceptez les vaccins recommandés, quel pourcentage de chances vous avez selon vous d’attraper la maladie et d’en mourir, si vous portez un masque, si vous avez fait un test, si autour de vous on en porte un, si vous pensez que cela à quelque chose, si vous adoptez les gestes barrières, si vous vous abstenez de voir vos proches âgés de plus de 65 ans etc.

 

Des cases à cocher pour exprimer notre pensée
Aucun champ libre pour répondre de manière plus personnelle : il faut cocher des cases. Par exemple, pour le port du masque, vous pouvez seulement dire si vous en portez un parce que cela vous protège surtout vous, parce que cela protège surtout les autres, ou que vous n’en portez pas parce que cela ne sert à rien. Pas de nuance, pas de possibilité de préciser que vous en portez un parce que vous pensez que cela vous protège vous ET les autres. On est soit dans le sacrifice, soit dans l’égoïsme. Ou que vous n’en portez pas parce que vous préférez que la maladie circule pour créer l’immunité de groupe dont ils parlent eux-mêmes. Non, si vous n’en portez pas, c’est parce que cela « ne sert à rien ». Et pas de place au “peut-être” non plus. Si encore il y avait automatiquement une case « ne me prononce pas », mais on ne peut la lire qu’une seule fois. Au moment où on nous demande si on pense que le COVID pourrait être grave pour nous si on l’attrapait.

 

Plusieurs scénarios à imaginer pour 2021
L’un des moments les plus fastidieux est celui où l’on doit répondre dans quels cas ou non nous nous ferions vacciner. On nous propose plusieurs scénarios de vaccination qu’on accepterait ou non en fonction de : l’endroit du monde où il a été créé (Union Européenne, Etats-Unis, Chine), le professionnel de santé qui nous administre le vaccin (Médecin traitant, pharmacien, centre de vaccination etc), la sécurité des vaccins (selon les effets secondaires graves), et le degré d’efficacité du vaccin. Voici ci-dessous un des nombreux proposés dans l’étude pour illustrer nos propos.

Avant de nous proposer de cocher tous ces tableaux, on nous explique en amorce que « Si beaucoup de personnes se font vacciner dès 2021, le Coronavirus ne pourra plus circuler dans la population. Si peu de personnes se font vacciner en 2021, il faudra attendre que beaucoup de personnes aient été infectées pour que le Coronavirus ne puisse plus circuler dans la population ». Pas de place pour le doute ou pour des questions : pas une fois, il ne nous est possible de dire qu’on aurait besoin de plus d’éléments ou de temps pour accepter ou refuser la vaccination.

 

Confidentialité de l’étude à double tranchant
Précision : pas besoin d’indiquer nos coordonnées au moment de remplir l’étude. « Toutes les réponses seront anonymisées. Leur traitement statistique fera l’objet de publications scientifiques. Les résultats auront d’autant plus de signification que le nombre de participants sera élevé. Une synthèse des résultats sera consultable sur le site de Santé publique France ». Si de prime abord, il est rassurant de ne pas avoir le sentiment d’être pistés, ce qui l’est moins, c’est que quiconque peut répondre en disant n’importe quoi sur son propre compte et fausser le résultat final. Et que nous pouvons y répondre plusieurs fois quand on change de navigateur internet. Et puis comment être sûrs à 100% que les données ne pourront pas fuiter ou être divulguées, avec notre adresse ip ?
Ces doutes quant à la confidentialité peuvent nous pousser à ne pas répondre à l’étude. Mais que se passera-t-il si seuls ceux qui sont pour cette vaccination de masse répondent ? Même si elle ne pourra pas avoir un pouvoir de contrainte, elle pourrait devenir être un faire-valoir à la vaccination automatique.
Nous pouvons donc espérer, quel qu’en soit le résultat, que cette étude ne pourra pas être le socle et le point de référence d’une décision nationale autoritaire. Et veillons à ne pas nous retrouver en pleine “fabrique du consentement“, sans même nous en rendre compte…

Estelle Brattesani

 

✰ Magazine NEXUS : 112 pages, 100 % inédit, 100 % indépendant !

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Feuilletez tous nos magazines en cliquant ici

👉 NOUVEAU ! Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE pour financer le contenu en ligne accessible GRATUITEMENT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !

Sur le même thème
Commentaire(s)