Santé

Auto-hémothérapie : tabou ou gros sous ?

L’auto-hémothérapie ou comment se servir de son propre sang comme d’un médicament.

Dans le principe, tout paraît simple : on prélève le sang d’un patient à l’aide d’une seringue et on le lui réinjecte, souvent dans une zone opposée au prélèvement. L’intelligence du corps fait le reste. Avec l’auto- hémothérapie, le malade est son propre remède… ce qui n’est pas du goût de tout le monde…

Article paru dans le numéro 75 de Nexus (juillet-août 2011).

> Lire l’article au format pdf.

Commentaire(s)