warka-water-NEXUS Environnement

La tour Warka Water capture l’eau de l’air

La première tour Warka Water sera installée en 2015 près de Bahar Dar au nord-ouest de l’Éthiopie.

La première tour Warka Water sera installée en 2015 près de Bahar Dar au nord-ouest de l’Éthiopie. Constituée de tiges de bambou encordées les unes aux autres, cette tour a la propriété de capturer l’humidité de l’air dans un fin tissage tendu à l’intérieur de la structure. En forme de vase, cette tour de 9 mètres de haut a un poids plume de 60 kilos.

A l’occasion d’un voyage au nord de l’Ethiopie, en 2012, l’architecte italien Arturo Vittori est profondément touché par les problèmes d’accès à l’eau de la population locale qui doit parcourir jusqu’à 50 km pour s’approvisionner aux sources le plus souvent insalubres. Avec l’appui de scientifiques, il lance le projet Warka (du nom du figuier local, un arbre gigantesque) pour trouver une solution. C’est ainsi qu’est née la structure Warka Water inspirée de l’artisanat traditionnel éthiopien.

Un arbre planté pour chaque tour installée

« Nous commençons par ce pays, car c’est un test », déclare Arturo Vittori. « Nous voulons voir si les gens l’acceptent. Ce projet peut s’adapter à n’importe quel pays. Les villages que nous avons choisis se situent à 3 000 ou 4 000 mètres d’altitude. Nous avons donc étudié la météorologie des zones montagneuses. Mais ces tours peuvent très bien êtres installées en milieu désertique », ajoute-t-il.

Selon son concepteur, la tour Warka Water peut générer jusqu’à 100 litres par jour. Son coût de construction est de 1 000 dollars, quatre personnes suffisent pour l’installer, et son matériel est facile à transporter. Pour chaque Warka Water installée, un arbre sera planté. Un autre signe d’espoir pour cette région touchée par la déforestation.

Commentaire(s)