Ovni Exologie

Les ovnis et la marine française

Au mois de mai 2019, l’US Navy, via une déclaration du département de la Défense des États-Unis reprise par le New York Times, confirmait officiellement l’authenticité de vidéos tournées par des pilotes. Sur ces séquences datant de 2004, 2014 et 2015, on voit nettement des ovnis.   La Marine nationale française est aussi concernée par […]

Au mois de mai 2019, l’US Navy, via une déclaration du département de la Défense des États-Unis reprise par le New York Times, confirmait officiellement l’authenticité de vidéos tournées par des pilotes. Sur ces séquences datant de 2004, 2014 et 2015, on voit nettement des ovnis.

 

La Marine nationale française est aussi concernée par des cas de ce type. Le 18 novembre 2015, le porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle quitte Toulon pour une mission vers la Syrie. Un témoin photographie une forme blanche qui semble survoler le navire. Le 20 février 2018, un objet triangulaire l’aurait survolé à nouveau, plusieurs témoins ont observé la scène durant une vingtaine de minutes. Aucune explication n’est donnée. Des faits semblables ne sont pas nouveaux. Le Foch, porte-avions de la marine française, a été survolé le matin du 7 janvier 1974 par un objet sphérique orange. Ce sont deux gendarmes en patrouille qui ont vu cette masse, depuis le bord de mer, dans la baie de Douarnenez. Au bout de 5 minutes, la forme a changé d’aspect, à 300 m à l’aplomb du navire. L’ovni est devenu vaporeux et a pris la forme d’une sorte de soucoupe, puis d’un cercle. Il s’est alors élevé et a disparu dans les nuages. Dans le même temps des objets brillants en forme de losange sortent de la mer et montent vers le ciel. Un enquêteur privé entrera en contact avec l’un des marins du Foch qui confirmera le cas, précisant que le porte-avions a fait l’objet en mer de plusieurs survols non identifiés. Le Foch aurait été injoignable par radio pendant la durée du phénomène. Le sous-marin nucléaire Le Redoutable était aussi en plongée, sous le Foch. Les autorités proches de la préfecture maritime ont donné une version « officielle » à René Pacaut, journaliste auteur en 1978 du livre Ils ont rencontré des extra-terrestres. Le dossier ovni français 1970-1977 (Éd. Alain Lefeuvre, 1978) : « Vraisemblablement une vedette qui lançait des ballons-sondes, le Foch n’était pas à cet endroit. » Cette version contredit la trajectoire horizontale de la sphère sur 500 m, son immobilisation au-dessus du bateau, puis son changement d’apparence, avant son ascension à la verticale du Foch

 

☞ Il vous reste 67 % de l’article à lire dans Nexus n°126 (jan.-fév. 2020), disponible en kiosque jusqu’au 29 février 2020 et en ligne au format papier/numérique. Feuilletez-le en cliquant ici.

 

 112 pages, 0 Pub, 100 % inédit, 100 % indépendant, le magazine à saisir en kiosque ou en ligne tous les 2 mois ! 

Commentaire(s)