En kiosque !

L’édito du numéro de mai-juin 2014 !

L’auréole ne serait-elle qu’une illustration symbolique, comme le considère l’entendement le plus commun ? Sa déclinaison en « aura », champs d’énergie colorés entourant le corps des êtres vivants, se réduit-elle à un simple fantasme de « new-âgeux » sur le retour ? Pas facile de se faire une idée, et c’est le défi que s’est lancé NEXUS.

Plongée dans l’invisible

Contre toute attente et aussi incroyable que cela puisse paraître, notre journaliste, au cours de son enquête, a pu rencontrer des personnes qui se sont spontanément ouvertes à ces étonnantes perceptions. Mieux encore, même si nous avons dû respecter la demande d’anonymat de ses parents, nous avons eu la chance de rencontrer une jeune adolescente qui nous en a fait la démonstration.

Cela va même plus loin, puisque « Chloé » (c’est le pseudonyme que nous lui avons choisi), que rien ne prédestinait à cela, a d’abord développé la capacité de voir l’intérieur des corps. Puis, elle a eu accès aux auras et a gagné la capacité de manipuler leurs énergies, avant de voir certains esprits de la nature et d’entrer en relation avec eux. Chloé ne semble pas unique et les cas comme le sien seraient en augmentation constante, confirmant les allégations nombreuses selon lesquelles, décidément…, les temps changent !

Une magnifique récompense pour nous qui avons fait le choix, voici bientôt quinze ans, de documenter rationnellement ce qui va au-delà des idées reçues, des dogmes et du paradigme strictement matérialiste.

Exologie, ça bouge !

Idem au sujet de l’intérêt que nous portons à l’important corpus de données corroborant toujours plus la présence sur Terre d’intelligences exogènes à notre planète. À ce sujet, la quête est encore plus ardue, tant ses implications obligent à revoir entièrement l’idée que nous nous faisions de nous-mêmes et de l’humanité, et tant il faut nager à contre-courant de la désinformation ambiante et des préjugés dont nous sommes pétris.

Au point que nous devons nous en remettre à votre sagacité et à votre discernement pour lire entre les lignes des déclarations de nos interlocuteurs et distinguer ce qui relève de l’écran de fumée ou d’une analyse sérieuse et rationnelle. Une chose est certaine : la tendance est maintenant irrémédiablement inversée depuis que l’idée selon laquelle nous serions accidentellement et désespérément seuls dans l’Univers est devenue totalement obsolète avec la découverte d’un nombre croissant d’exoplanètes, rendu à 1 700 à ce jour.

Ce ne seront pas les récentes déclarations publiques de Bill Clinton ou de Jean-François Clervoy, notre spationaute n° 1 – à des éons du registre habituellement moqueur – qui viendront l’infirmer. Des informations inédites et d’importance cruciale pour que le public s’empare d’un sujet qui risque fort de faire l’objet de graves manipulations aux conséquences irréversibles et dont l’ignorance serait la meilleure complice.

La démocratie, la vraie !

Je n’ai aucun doute non plus sur l’intérêt que vous trouverez à explorer notre dossier « tirage au sort », à l’heure du désaveu croissant dont fait l’objet la classe politique, indiquant combien il devient urgent que nous ouvrions les yeux sur les contre-vérités qui empêchent l’avènement de la démocratie, la vraie, dans
nos sociétés. D’autant que les mass-médias sortent actuellement les avirons pour louvoyer sur le thème de la « démocratie en crise », appelant à la mise en place de lourds processus de contrôle plutôt destinés à préserver coûte que coûte le pouvoir de nos (in)compétentes élites. Des clés à partager et à diffuser sans retenue !

Désolé, la page est trop courte, je vous laisse le soin de découvrir par vous-mêmes le reste de votre magazine préféré, mais j’en profite tout de même pour remercier tous ceux parmi vous qui nous ont offert leurs très touchants témoignages d’attachement lors des salons Marjolaine et Vivre Autrement. Vous avez rajouté un turbo au moteur qui nous pousse à défricher les sentiers de vérité encore trop peu pratiqués.

Allez, bonne lecture… et à la prochaine  !

David Dennery.

Commentaire(s)