autonomie alimentaire Autonomie alimentaire

Autonomie alimentaire : n’attendons pas la crise, reprenons le pouvoir !

  Vous aussi, vous avez déjà dû entendre : « Imagine que les supermarchés ferment ! En quelques jours, on ne serait plus approvisionnés en nourriture, ça serait la guerre civile ! ». La première fois que j’ai entendu cette phrase, il est clair que je ne m’étais jamais interrogée à ce sujet. Mais depuis, […]

 

Vous aussi, vous avez déjà dû entendre : « Imagine que les supermarchés ferment ! En quelques jours, on ne serait plus approvisionnés en nourriture, ça serait la guerre civile ! ». La première fois que j’ai entendu cette phrase, il est clair que je ne m’étais jamais interrogée à ce sujet. Mais depuis, il en va tout autrement.


◆ 
Le confinement : une période-clé pour comprendre les enjeux alimentaires

En France et dans le monde, l’épisode de confinement nous a donné un avant-goût de ce qui pourrait se passer si la nourriture venait à manquer : les rayons vides en fin de journée, les ruées sur les denrées. Dans certains quartiers ou foyers précaires, les estomacs ont commencé à gronder. La pénurie alimentaire s’est profilée. Avant tout pour des problèmes d’ordre matériel, comme par exemple en Seine-St-Denis où certaines personnes n’avaient plus un sou pour s’acheter à manger et où on a redouté des émeutes de la faim. Et quand des associations dédiées à la solidarité ont pu continuer à offrir leurs services, certaines ont vu une recrudescence d’appels à l’aide, comme par exemple dans la ville de Cholet. Des magasins se sont faits vandaliser, des agriculteurs et éleveurs dérober leurs récoltes et leurs animaux. Même les Restos du Cœur ont subi des vols.

Et ailleurs dans le monde, pendant ou juste après le confinement qui a aggravé la situation, on a vu des gens crier famine et réprimées brutalement comme en Afrique du Sud ou au Chili. Certains médias annoncent que le nombre de personnes souffrant de la faim pourrait doubler en 2020 suite au confinement. Il serait d’ailleurs intéressant de connaître le nombre de personnes mortes de faim ou de malnutrition pendant le confinement, en sachant qu’en temps « normal », il y avait déjà en moyenne 25000 décès par jour dans le monde.

Mais la pénurie alimentaire a été annoncée aussi pour les pays dépendants des importations. En effet, quoi de plus légitime quand on est un pays exportateur, de baisser ses ventes en externe pour assurer la sécurité alimentaire de sa propre population ?

autonomie alimentaire 2


◆ Manque et surproduction : l’absurdité de notre système

En parallèle de ça, pendant que certains manquaient, des agriculteurs étaient en overdose avec une surproduction qui ne pouvait s’écouler, les filières de distribution traditionnelles comme les hôtels, restaurants et cantines étant bloquées, ou parce que la main d’œuvre venant de loin ne pouvait pas circuler. Certains producteurs d’entre eux ont même dû broyer leurs fruits et légumes. Ou donner à manger leur production de pommes de terre à leurs animaux d’ordinaire trop chères pour eux. Quand certains avaient faim, d’autres gaspillaient malgré eux le fruit de la terre. Ce qui est encore le cas aujourd’hui. Quel paradoxe…◆ L’adversité : l’occasion d’accroître la solidarité

Heureusement, des mouvements solidaires individuels et collectifs ont vu le jour pour aider les personnes en difficulté. Pensons au mouvement #Poureux qui a incité chacun d’entre nous à cuisiner pour les personnes les plus démunies. Cela a été l’occasion de créer du lien entre les personnes aux ressources et aux profils différents. Les circuits courts ont pris de l’essor et les producteurs locaux ont été favorisés. On peut s’en réjouir, surtout si ces habitudes sont toujours d’actualité après le confinement. Mais ce lien a été rendu possible parce que les rayons n’étaient pas vides et parce que les gens qui avaient, soit des revenus leur permettant de partager, soit des économies, n’étaient pas affamés eux-mêmes. Et s’il n’avait fallu compter que sur la production française locale, on peut se demander si tout le monde aurait pu manger à sa faim, et de manière saine et équilibrée.


◆ 
Et si le pire arrivait, où en sommes-nous collectivement ?

En effet, qu’en serait-il s’il y avait un problème global que seul l’argent ne pourrait résoudre ? Partout où l’on dépend de productions non locales pour se nourrir, que ferait-on si les supermarchés se vidaient ? Par exemple, en cas de crise géopolitique avec des pays qui produisent du pétrole et dont nous dépendons pour transporter nos aliments, qui décideraient tout à coup de ne plus nous abreuver en or noir. Ou de grave crise économique, voire d’effondrement  global, qui perturberait tous les échanges internationaux, de la production d’aliments sur le terrain jusqu’à la livraison dans nos points de vente. Ou de crise météorologique qui nous empêcherait de faire pousser quoi que ce soit dans la terre inondée ou asséchée. Les communes françaises sont-elles aujourd’hui en capacité de faire face à une crise alimentaire soudaine ? Ont-elles prévu quelque chose si elle avait lieu ?

◆ La sécurité alimentaire encore à l’état foetal

« La plupart du temps, non », nous explique Alexandre Boisson, co-fondateur de SOS Maires avec André-Jacques Holbecq, avec qui il a écrit « Face à l’effondrement, si j’étais maire ? ». Le but de ce groupe de citoyens engagé ? Inciter les maires à sécuriser et développer localement les ressources vitales.

« La crise alimentaire très souvent n’est même pas citée dans le DICRIM, qui est le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs, censé recenser les mesures de sauvegarde répondant aux risques majeurs encourus sur le territoire de la commune. C’est un document qui est librement accessible par toute personne en mairie. C’est pourquoi nous invitons tous les habitant-e-s à demander à leur mairie d’inclure dans ce document le risque de pénurie alimentaire, afin que les maires prennent conscience que si elle survenait, ils seraient bien souvent complètement démunis. Et que c’est donc l’occasion de prévenir plutôt que guérir. Qu’ils n’attendent pas le pire pour agir dès aujourd’hui, notamment en aménageant des potagers partout où c’est possible, avec prévision de systèmes hors-sols aquaponiques low-tech comme celui que propose Céline Basset, à activer en cas d’urgence et de non rendement des sols, pour raisons climatiques ou parce qu’ils ont besoin de se régénérer après des années de pesticides par exemple. En créant des stocks de nourriture sécurisés. En proposant des formations en la matière aux employés municipaux, mais également aux citoyens qui souhaiteraient participer. En développant, en plus de l’autonomie alimentaire, l’autonomie énergétique pour ne plus dépendre uniquement de l’énergie créée par les centrales nucléaires vieillissantes. »

autonomie alimentaire

Alexandre Boisson


◆ 
Des communes qui ont déjà lancé le mouvement vers l’autonomie

Certains maires cités sur le site de SOS Maires ont déjà compris l’enjeu de demain à organiser dès aujourd’hui, comme Jean-Claude Mensch, le maire végétarien d’Unguersheim.  Qui ne s’est pas contenté de compléter son DICRIM mais d’engager sa ville sur la voie de la résilience alimentaire et énergétique, même si ça n’est pas facile et mobilisateur tous les jours. M Mensch explique bien les conditions de la réussite d’un tel projet sur la durée : « Il faut que les habitants jouent le jeu et aient envie d’acheter la production locale ». Et pour qu’ils en aient envie, encore faut-il qu’ils comprennent les bénéfices qu’ils peuvent tirer de la relocalisation alimentaire, qu’il y ait effondrement ou pas d’ailleurs.  Pour leur santé, leur sécurité, leur porte-monnaie, leur bien-être grâce au lien social que le lien avec la terre peut apporter. Mais aussi qu’ils se sentent concernés par les avantages que cela peut apporter à l’emploi, ainsi qu’à toutes formes de vie, à l’eau et à l’air que nous respirons toutes et tous. Cela demande un travail de longue haleine et des efforts collectifs de relocaliser au maximum la production alimentaire et énergétique, avec les contraintes de stress hydrique, des sols pauvres en microbiologie, parfois du manque de terrains, de connaissances ou de bras disponibles. De faire comprendre aux habitants les bienfaits de manger moins de viande, d’utiliser le moins d’engrais chimiques possible, ou plus synthétiquement de reprendre le pouvoir sur ce qui les nourrit et les rassemble trois fois par jour et 365 jours par an.


◆ 
Stéphane Linou, un précurseur en matière de résilience des territoires

De cette mission sur le long-terme pour accroître notre capacité à empêcher ou traverser les crises, les participant-e-s au groupe SOS MAIRES n’en ont pas peur. Et ils et elles comptent bien avoir la même ténacité que Stéphane Linou, ex conseiller général et municipal, qui lui parle de résilience alimentaire et sécurité nationale depuis plus de vingt ans pour allier les habitants, les producteurs et les élus. Après avoir passé des années à prêcher dans le désert, publié un ouvrage, expérimenté lui-même pendant un an le locavorisme (le fait de manger local), à 150 kilomètres maximum autour de chez lui, sa voix se fait de mieux en mieux entendre. Dans ce TEDX  de 2020, il explique : « 80% de notre nourriture est achetée en grande surface, même en milieu rural. Nous ne produisons plus notre nourriture à titre individuel. (…) Il n’y a pas de stock dans les collectivités locales, les grandes surfaces n’ont même pas deux ou trois jours de stocks sans panique, et il n’y a pas de stratégie de stock alimentaire d’état. Ce système des AMAP, en miniature, c’est ce qu’il faudrait  arriver à faire à un niveau plus large (…) en créant des périmètres de sécurité alimentaire ».


Des élu-e-s à l’échelle nationale qui commencent à s’investir

Ses travaux commencent à inspirer des responsables politiques comme la sénatrice Françoise Laborde. Le 12 décembre 2019 elle a  proposé, avec d’autres membres du Sénat de diverses couleurs politiques tels que Joël Labbé un projet de résolution intitulée “Résilience alimentaire des territoires et sécurité nationale“. Dans cette lettre qu’il invite les candidats aux mairies à envoyer aux Préfets, Stéphane Linou nous indique que « le Gouvernement est globalement d’accord avec l’esprit et les orientations de cette proposition de résolution.”. Mais cela n’a pas suffit, car seize voix ont manqué pour qu’elle soit adoptée. Le 24 mars 2020, en plein confinement, la sénatrice s’est adressée directement à Monsieur Macron pour poursuivre ce chemin entamé : « Je vous propose, sur la base de mon projet de résolution et les riches travaux de recherche qui l’ont inspiré, la constitution d’un groupe de travail pluridisciplinaire, le plus rapidement possible. Celui-ci, accompagné des moyens nécessaires, pourrait vous aider à poser les bases d’une résilience alimentaire territorialisée, articulée à l’ordre public, accompagnée par un « État stratège et localement facilitateur ».
A ce jour, elle n’a toujours pas eu de réponse.
Pourtant, déjà en mai 2019, le ministre de l’Intérieur M Castaner lui répondait publiquement au sujet de la sécurité alimentaire que “c’est une question dont la probabilité est faible, mais dont le risque est majeur.

Après les mots, espérons que le gouvernement va proposer des actions concrètes et rapides. Notamment au sein de la réforme de la PAC qui sera validée en 2021, en cours d’élaboration et de débat public auquel chacun peut participer sur le site ImPACtons. Pour l’instant, seulement en ligne, via des débats maison, depuis le confinement.  Stéphane Linou y propose de nombreuses stratégies et solutions dans ce compte-rendu, comme par exemple “garantir une chaîne résiliente allant du foncier agricole nourricier jusqu’au consommateur”, auxquelles devra répondre le ministre de l’agriculture.

◆ Avec ou sans institution, les citoyens peuvent oeuvrer à leur échelle

« Attention à ne pas tout attendre de nos institutions », précise Alexandre Boisson. « Nous faisons tout pour développer le dialogue et les alliances avec les élus locaux ou nationaux ou au-delà pour agir concrètement. Mais que cela soit fructueux ou non, nous pouvons déjà nous organiser entre citoyens en mettant en place des potagers collectifs, en cultivant chez soi son propre jardin, en prêtant notre terrain à des voisins qui n’en ont pas. Mais nous pouvons aussi participer à des Chantiers Ecologiques Massifs dès que possible, en maillant tout le territoire de fermes écologiques de proximité, déjà existantes en manque de personnel ou de moyens, ou à créer. L’idéal étant bien sûr que l’état et les collectivités locales participent à leur financement et à leur multiplication. Et que le plus tôt possible, nous puissions tous nous réunir autour d’une assiette de la paix. C’est à dire une assiette dont les aliments qui la composent ont poussé dans une terre saine, locale. Ont été produits par des personnes respectées, et non pas par des esclaves au bout du monde ou des agriculteurs à deux doigts du suicide. A un prix accessible à tout le monde. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous sommes optimistes. De plus en plus de gens réalisent que ce qu’ils mangent est primordial pour leur propre santé, mais aussi pour la santé globale du monde. »

Estelle Brattesani

 

✰ Magazine NEXUS : 112 pages, 100 % inédit, 100 % indépendant ! 

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Feuilletez tous nos magazines en cliquant ici

👉 NOUVEAU ! Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE pour financer le contenu en ligne accessible GRATUITEMENT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !

 

Sur le même thème
Commentaire(s)