énergie Magrav de Keshe, une arnaque dangereuse ?

Ce courrier paru dans Nexus n° 109 (mars-avril 2017) fait suite à un article « Nous avons testé le Magrav de Keshe » paru dans le n° 108 (janv.-févr. 2017), rubrique « En bref ».

Magrav de Keshe - Nexus 108
« Nous avons testé le Magrav de Keshe », NEXUS n° 108 (janv.-févr. 2017).

Avril 2017

enveloppeÉviter les erreurs de branchement !

Bonjour,
Je réagis à l’article « Nous avons testé le Magrav de Keshe » [n° 108]. J’avais entendu parler de cela lors d’une discussion à bâtons rompus dans une réunion festive. Une personne avait lu quelque chose sur la façon de bénéficier d’énergie « gratuite » à la maison, mais ne se souvenait pas exactement du nom du « procédé », elle m’a parlé de « margrave ». J’ai fait une petite recherche sur Internet qui n’a pas abouti.
Puis, quelques semaines après, j’ai lu 2 articles dans votre revue qui m’ont rappelé cette conversation : c’est donc le MAGRAV de Keshe. Très curieux d’en savoir plus, mis en confiance puisque lu dans votre revue, j’ai complété ma recherche sur Internet, je suis tombé sur un site : Magrav Project sur lequel un « manuel d’utilisation » est joint .
Dès les premières pages de ce « manuel » est indiqué le premier geste à faire avant toute chose : sonder chaque fiche femelle de la prise électrique afin de repérer le neutre et la phase. Quelques explications techniques peu claires plus loin, il est écrit : « Branchez correctement la fiche mâle du générateur plasmique dans la prise électrique de façon à ce que les fiches mâle du générateur et femelle de la prise électrique correspondent. »
Il n’y a donc aucune correspondance entre le fait de repérer la phase et le neutre, et celui de brancher le générateur ; de plus, les schémas ne correspondent pas aux explications données. Ce qui n’empêche pas le rédacteur de mettre en garde le lecteur contre toute erreur de branchement (sous peine « d’appareil inopérant » et « d’annuler la protection offerte par la garantie du manufacturier »).
Le sens de branchement d’un appareil électrique sur une prise de courant ne demande jamais autant d’explications préliminaires, et surtout n’a aucun impact sur le fonctionnement et la garantie du fabricant ! Ces explications jettent donc un sacré doute sur l’efficacité du procédé. Il me paraît très probable que l’on a affaire à une vaste arnaque pour extorquer des fonds.
Par ailleurs, ma navigation m’a fait tomber sur le site de Jean-Pierre Petit  : « L’honorable monsieur Keshe » [1er août 2012]. Le coup de gueule de M. Petit me semble assez instructif sur les méthodes de communication utilisées. À lire absolument, si vous ne l’avez déjà fait !
Je suis d’accord avec votre conclusion de recommander fermement à tous les lecteurs de s’abstenir de faire des tests, et sur la prudence qui reste de mise. Bien à vous.”

D. Serale

enveloppe Un produit potentiellement dangereux

Bonjour,
Je viens de lire effaré le compte rendu de votre test sur le Magrav. Ainsi, non seulement le gain n’est pas prouvé mais, en plus, l’inventeur et le fabricant mettent sur le marché un produit potentiellement très dangereux ! ! ? Si l’État met son nez là-dedans pour tout verrouiller, ils l’auront bien cherché. Dans l’absolu et en l’absence de toute explication sûre sur la théorie de ce machin (à condition qu’il fonctionne), comment ne pas imaginer par exemple, en exagérant à peine, qu’on puisse faire péter la baraque, voire le quartier ? C’est ahurissant ! !