Politique Un coup de pouce pour un candidat ?

Ce courrier des lecteurs a été publié dans le n° 110 de NEXUS (mai-juin 2017). Écrivez-nous à cette adresse : magazine@nexus.fr, nous répondons à chacun de vos messages ! Ces échanges sont ensuite publiés, avec votre accord, dans notre magazine papier et sur le site.

Mai 2017

enveloppe Présidentielles : un candidat à soutenir ?

Bonjour à toute l’équipe,
Comme vous le savez, la campagne présidentielle bat son plein (depuis bien longtemps déjà). Peut-être serait-il bon de donner un coup de projecteur, et donc un petit coup de pouce pour un candidat qui me paraît honnête et intègre, mais qui est trop souvent catalogué comme marginal du système.
Vous savez que si l’on n’est pas dans les rails de la pensée unique, les médias vous épinglent en conspirationniste, complotiste, etc., c’est ce qui se passe pour lui. Son parti est directement financé par l’adhésion et les dons des Français, il ne dépend pas de banques, c’est un peu le zéro pub pour vous… François Asselineau est le seul à s’opposer à la puce RFID, c’est peut-être l’occasion pour vous de faire sa promotion par ce biais, si je puis me permettre. Ci-dessous, le lien sur Europe 1, à la 9e minute il parle de la puce RFID :

François Asselineau sur Europe 1 (14 mars 2017)

Merci pour vos bonnes infos, continuez : on a besoin de vous.
Amicalement, un fidèle lecteur

Marc Duquay

Réponse de NEXUS

Cher Marc,
Je comprends sincèrement votre intérêt pour le travail de M. Asselineau, mais certains lecteurs nous encouragent à faire l’écho d’autres candidats. Or, notre ligne éditoriale se limite aux faits et ne comprend ni les opinions ni les jugements, propres à cette politique politicienne en effervescence lors d’une campagne électorale. De ce point de vue, je dois reconnaître me sentir très proche de François Asselineau, sans doute celui le plus factuel et concret de cette élection.
Par ailleurs, nous préférons ne pas alimenter ce glissement sémantique, amorcé voici deux siècles, et qui aboutit à faire passer les régimes représentatifs pour des démocraties. D’autant que le candidat qui sortira vainqueur de cet insidieux enfumage ne sera que celui qui aura profité de la plus large visibilité médiatique (grâce à un paysage médiatique placé entre les mains de 9 milliardaires !).
De mon point de vue personnel (celui de la communication non violente et de la non-dualité – cf. notre dossier dans ce sommaire), tout ceci repose sur une illusion en vigueur depuis des siècles, voire des millénaires, selon laquelle quelqu’un serait en mesure de faire quelque chose « pour » ou « contre » qui que ce soit – alors que nous ne faisons jamais que nourrir des besoins personnels, dont celui de contribution est certainement des plus vitaux.
Cela me rappelle la réponse de Coluche à la question de savoir s’il comptait, lors de sa candidature, représenter ceux qui ne le sont jamais : « Moi ? Pas du tout, j’en serais bien incapable. Je veux juste qu’ils se comptent ! »

Voilà, cher Marc. J’espère que vous comprendrez que NEXUS se doit, pour continuer à vous procurer le plaisir de le lire (citant ce même « expert » en sociologie), de rester « ni pour ni contre, bien au contraire ! »
Coluche président ! Ah bon, il est mort ? Mais comment se fait-il ?
Bien amicalement aussi,

David Dennery