revenu universel Société

Le revenu universel : une “utopie” réalisable ?

Utopie pour les uns, avancée inéluctable pour les autres, le revenu universel fait débat public ! Un projet de société à (re)découvrir dans notre dossier “Revenu de base : de l’utopie à l’évidence” paru dans Nexus n° 101 (Novembre – décembre 2015) !

Revenu de base, revenu inconditionnel, revenu d’existence, rente universelle… sous différents noms, l’idée fait son chemin : bientôt, chacun recevra dès sa naissance et sans condition un revenu mensuel situé entre 400 et 1 000 euros… Une « rêvolution » prônée par des économistes, politiques et activistes de tous bords. À les écouter, cette « utopie » est inéluctable comme le furent l’abolition de l’esclavage, la sécurité sociale, les congés payés ou le vote des femmes… Êtes-vous prêt ?

L’empire des machines et des robots industriels couplé à la compétition économique mondiale par les salaires les plus bas a eu un terrible effet de cisailles sur l’emploi et sa stabilité. La tendance se poursuit sans que l’automatisation de l’économie n’induise cette libération tant espérée à l’égard du travail obligatoire. Instaurer un « revenu pour la vie » octroyé à tous et sans condition aurait pour vertu saillante de modifier notre rapport au travail, d’élargir le cadre des activités de chacun, de les rendre possibles, souhaitées, viables et reconnues. Ce projet transformateur est promu dans le monde par des penseurs et des activistes convaincus. Sa légitimité est établie non seulement par un « droit naturel » de tous sur les biens communs que l’économie exploite à des fins privées, mais aussi sur l’échec flagrant des politiques de l’emploi héritées d’une époque révolue, figées par les limites de la croissance économique et le mur de la dette. Le revenu d’existence garanti est-il la première idée politique positive du XXIe siècle ?

J’ouvre les yeux sur la faculté d’abondance de la nature. Un arbre et ses fruits, une plante et ses graines produisent en excès de quoi se perpétuer. Une richesse follement excédentaire. Le rayonnement solaire à la surface du globe est à chaque instant bien supérieur à notre dépense en énergie. Comment expliquer et justifier, dès lors, qu’il faille passer sa vie à la gagner plutôt qu’à la recevoir ? La vie est un don qu’il faudrait racheter… Comment se fait-il, selon le fameux paradoxe de Lauderdale, que les richesses communes, les ressources naturelles en premier lieu, semblent diminuer à mesure que les richesses privées augmentent et se concentrent ? Au lieu d’être au service de la vie et de la vie de tous, l’économie telle que nous la connaissons semble organiser une pseudo-rareté pour en tirer de la valeur, et le maximum si possible. Est-il réaliste d’imaginer que l’instauration d’un revenu d’existence pour tous, sans condition et « donné » tout au long de la vie, soit à même de résoudre ce paradoxe, de faire en sorte que les richesses communes et privées se mettent au diapason ? […]

RETROUVEZ LA SUITE DU DOSSIER « Revenu de base : de l’utopie à l’évidence » dans Nexus n° 101 (Novembre – décembre 2015)

Revenu-universel Nexus 101

 

SOMMAIRE DU DOSSIER (28 p.) :

• Passer de la dette au don
• Scott Santens : “Au XXIe siècle, cela n’a pas
 de sens que tout le monde ne l’ait pas”
• Un projet transformateur pour une pleine activité
• Retour d’expérience en Inde
 : Guy Standing : “Une action émancipatrice”
• Barb Jacobson : “Si la Finlande et la Suisse l’instauraient bientôt, ce serait un grand pas en avant pour chacun en Europe”
• Rien n’arrête une idée dont l’heure est venue
• Ils portent la bonne parole :
 Alexis Lecointe, Gérard Foucher, Frédéric Bosqué
• Certains en ont peur… d’autres en rêvent
• Philippe Van Parijs : “On se demandera un jour comment on a pu s’en passer si longtemps”
• Paul Ariès : “Vivre dignement même sans travail”
• Quel revenu de base pour quelle société ?

Sur le même thème
Commentaire(s)